Une analyse réalisée par la Régie montre que les États-Unis demeurent un important fournisseur de pétrole au Canada tandis que les importations ont chuté en 2020

Communiqué
Pour publication immédiate

Le 14 avril 2021 – Régie de l’énergie du Canada

Selon la plus récente analyse réalisée par la Régie de l’énergie du Canada, près de quatre barils de pétrole sur cinq importés au Canada en 2020 provenaient des États-Unis, tandis que les importations de brut ont chuté de 20 % en raison de la baisse de la demande durant la pandémie de COVID-19.

Les importations de pétrole brut ont diminué pour s’établir à 555 000 barils par jour (« b/j »), comparativement à 693 000 b/j en 2019, et 77 % des importations totales de brut provenaient des États-Unis en 2020, comparativement à 72 % en 2019. En outre, 13 % des importations provenaient de l’Arabie saoudite, 4 % du Nigéria, 3 % de la Norvège et le reste de plusieurs autres pays.

Le Canada exporte près de 6,5 fois plus de pétrole qu’il n’en importe, mais il compte encore sur les importations pour alimenter les raffineries des provinces de l’Atlantique, du Québec et de l’Ontario. Moins du tiers du pétrole brut canadien est transformé dans des raffineries canadiennes pour diverses raisons, comme un accès restreint à l’approvisionnement intérieur par pipeline, les besoins en produits particuliers des raffineries ou les coûts d’importation moins élevés.

La plus grande partie des importations de pétrole au Canada est transportée par navire-citerne et par pipeline, tandis que de petits volumes sont transportés par chemin de fer.

La Régie produit une analyse neutre et factuelle pour éclairer le dialogue sur l’énergie au Canada. Les aperçus du marché font partie d’un éventail de documents sur l’offre, la demande et les infrastructures énergétiques, qui sont publiés périodiquement dans le cadre de la surveillance continue des marchés.

En bref

  • Le coût total du pétrole importé a chuté de 40 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 11,5 milliards de dollars, en raison de la diminution des volumes et de la baisse des prix mondiaux du brut.
  • Les importations vers Terre-Neuve-et-Labrador, qui provenaient toutes des États-Unis, ont chuté pour passer de 106 milliers de barils par jour (« kb/j ») à 29 kb/j en 2020, tandis que les coûts ont diminué pour s’établir à 77,87 $ le baril.
  • Les importations vers le Nouveau-Brunswick, dont la moitié provenait des États-Unis, ont chuté en 2020, passant de 278 kb/j à 245 kb/j, tandis que les coûts ont diminué pour s’établir à 58,89 $ le baril.
  • Les importations vers le Québec, toutes des États-Unis, sont passées de 203 kb/j à 153 kb/j en 2020, tandis que les coûts ont diminué pour s’établir à 52,92 $ le baril.
  • Les importations vers l’Ontario, qui provenaient toutes des États-Unis, ont chuté pour passer de 97 kb/j à 43 kb/j en 2020. Les coûts ont diminué pour s’établir à 53,37 $ le baril.

Citations

« La provenance des importations de pétrole brut au Canada a changé radicalement au cours de la dernière décennie. Les États-Unis sont passés d’un petit joueur en 2010 à un important fournisseur, la majeure partie du pétrole importé au Canada provenant de notre voisin du sud. »

Darren Christie
Économiste en chef
Régie de l’énergie du Canada

Liens connexes

La Régie de l'énergie du Canada est à l'oeuvre afin d'assurer l'acheminement de l'énergie en toute sécurité partout au pays. Elle examine les projets de mise en valeur des ressources énergétiques et communique de l'information importante sur l'énergie, tout en appliquant des normes de sécurité et environnementales comptant parmi les plus strictes au monde. Pour savoir comment la Régie travaille pour vous, visitez son site Internet ou suivez-la sur les médias sociaux.

Personnes-ressources

Karen Ryhorchuk
Agente de communications

Régie de l'énergie du Canada
Courriel : karen.ryhorchuk@rec-cer.gc.ca
Téléphone : 403-671-9756
Téléphone : 403-292-4800
Téléphone (sans frais) : 1-800-899-1265
Télécopieur : 403-292-5503
Télécopieur (sans frais) : 1-877-288-8803

Date de modification :